Cercle de lecture
Version Texte du cercle de lecture

Accueil | ... | ... | ... | ... | ... |

Cercle de Lecture

Le maître et marguerite - - 21-Apr-2017

Retour

Le maître et marguerite - - 20-Apr-2017

Faute de temps je n'ai pas tout lu, mais j'ai bien aimé cette ambiance étonnante et fantastique qui me rappelle les romans de Carlos Ruiz Zafon sur fond de dictature espagnole.

Retour

Le maître et marguerite - - 16-Apr-2017

pas inintéressant à petite dose mais j'ai abandonné à la moitié.

Retour

Le maître et marguerite - - 19-Mar-2017

Roman que je revisitais après une découverte à l'université, j'avoue que le temps a fait son oeuvre sur ma lecture! J'avais le souvenir d'une prose magique, ensorcelante, épatante, ironique au nième degré. Ce que j'ai retrouvé grosso modo, mais avec une lourdeur et une longueur dont je ne me souvenais pas...Je maintiens quand même que Mikhaïl Bulgakov est un écrivain hyper créatif qui s'est imaginé tout un monde surnaturel qui soulevait la russie soviétique au-delà de ses maux quotidiens qui ont duré pendant de longues années. Rocambolesque et parfois confus? Peut-être parce qu'il a été plusieurs fois réécrit et retravaillé entre 1928 et 1940. De l'autre côté du roman, il s'est plongé dans la tête de Ponce Pilate, cet homme qui a eu une si grande influence sur l'histoire, pour y découvrir un être affligé par les grands hauts et bas de l'expérience humaine, la complexité et les contrastes de la pensée et des émotions, ainsi que les aléas de la santé mentale. J'ai trouvé fascinante cette tentative d'imaginer et recréer cette époque historique dont on a que des grandes lignes. Comme l'a dit sa troisième femme, "Aujourd’hui lorsque les gens sont à la recherche de la vérité en omettant de voir ce qu’ils ont dans leur âme, dans leur esprit et d’entendre la voix de leur conscience, l’œuvre de Mikhaïl Boulgakov est plus que jamais d’actualité." À la fin, je crois que je me suis réconciliée avec la démesure du roman en me disant que c'était proportionnel à la soumission extrême que vivait Bulgakov en tant qu'artiste dans la dictature stalinienne. Comme bien d'autres artistes, il n'a pas été publié en Russie durant son existence sur Terre, et n'a été apprécié qu'après sa mort. Pour ceux qui n'auront pas le temps de le lire, ou voudraient le comprendre enfin : https://www.youtube.com/watch?v=Lxu2neysjWg (C'est la premièere partie de trois). La prochaine fois que vous serez à Moscou, on peut aujourd'hui visiter la Maison de Bulgakov, dans "l'appartement numéro 50 au quatrième étage", qui contient des expositions et une salle de théâtre qui présente ses pièces et livrets d'opéra. Pour finir, un des multiples aphorismes répandus en Russie qui provinnent de Bulgakov : "Ce sont des faits et les faits sont la chose la plus obstinée du monde."

Retour

Le maître et marguerite - - 10-Mar-2017

J'ai failli abandonner plusieurs fois ce roman surréaliste totalement foutraque. On sent bien la satire et la parodie du régime soviétique derrière l'absurdité, mais ça n'est vraiment pas un livre facile. On le ferme en se disant WTF, je ne suis pas sûr d'avoir tout compris. Par contre, c'est l'idéal pour trouver le sommeil...

Retour

Le maître et marguerite - - 23-Feb-2017

Avec ce roman, j'ai renoué avec la literature Russe. C'est exuberant et extreme. J'ai rit à gorge déployé et j'ai complètement embarqué dans ce récit loufoque. Par la suite j'ai lu L'Idiot de Dostoïevski que j'ai trouvé beaucoup plus hermétique que Boulgakov.

Retour

Le maître et marguerite - - 16-May-2016


Roman binaire, d'un côté le récit classique et réaliste de la crucifixion de Yeshoua et le questionnement moral d'un Ponce Pilate qui l'a condamné à mort, de l'autre les aventures rocambolesques de Satan en plein coeur du Moscou des années 30 qui s'articulent autour du livre du Maître et de son histoire d'amour avec Marguerite. Autant vous dire qu'il faut s'accrocher : ça virevolte, ça crie, ça tremble, les dix plaies d'Égypte s'abattent sur Moscou en bien pire. Des scènes longues (très longues) et abracadabrantes dont il est parfois difficile de comprendre le sens et la finalité. Satan (Woland) et ses comparses (dont Béhémoth, l'énorme chat) se donnent un mal (eh oui !) infini à échafauder des plans tous plus compliqués les uns que les autres pour punir ceux qui leur résistent ou se venger des imbéciles. Dans quel but ? Cela reste souvent un mystère. Il y a des scènes percutantes et pleines d'humour où l'on sent tout le poids du système soviétique (la représentation de magie et d'hypnose collective, Marguerite qui vole nue au dessus de Moscou sur un balai de sorcière accompagnée de sa femme de chambre sur un cochon, le bal de Satan…) mais dans l'ensemble, c'est un roman ardu, pesant et parfois d'une absurdité telle qu'on est soulagé d'entamer un chapitre sur Ponce Pilate... c'est dire ! J'avoue que pour ma part, le plus simple a été de me laisser porter par la fantaisie incroyable de cette prose sans essayer de tout comprendre. Amis lecteurs que les longues listes de personnages rebutent, à vos papiers et crayons car on se perd aisément dans ce dédale de noms russes.

Retour

Le maître et marguerite - -

Retour

Le maître et marguerite - -

Retour

Le maître et marguerite - -

Retour

Le maître et marguerite - -

Retour

Le maître et marguerite - -

Retour

Menu

Derniers commentaires

Esprit d'hiver
Le miracle Spinoza
Le survenant
Esprit d'hiver
Liquidations à la grecque


Nouvelles!

10 avril 2009: Vous cherchez une chorale à montreal? N'hésitez plus: Polumnia.


24-Oct-2005: Vous pouvez maintenant envoyer un message à l'animateur d'un cercle ainsi qu'aux participants.


2-oct-2005: nouvelle présentation du site internet. A venir, la page d'inscription, et la possibilité d'imprimer des signets personalisés.



Participez à un cercle de lecture!


Participez à un cercle de lecture!




Connecter

Entrez votre identificateur Entrez votre mot de passe